Laisser libre cours à son intuition?

espace-qi-gong-16

Associer des mouvements du HUI CHUN GONG,  forme très ancienne de Qi Gong taoïste, à des extraits de poésie chinoise classique, telle fut la proposition intuitive de  mon atelier  d’été. Quel bien m’en a fait! Et pourtant cela aurait pu paraître incongru après la torpeur du 14 juillet 2016…

En réponse  au thème   « Faire  fleurir la part  poétique énigmatique et indicible de la vie »*, explorer un dispositif  mixte m’est apparu  une évidence . Concrètement, il s’est agit de mettre en correspondance  la présence subtile du corps  avec les plus beaux poèmes de l’époque des Tang ( 618-907) dans le dessein  de retrouver la joie légère de la jeunesse…

Malgré la conscience de l’apparente  difficulté du protocole et des risques d’échec encourus, pourquoi n’ai je pas douté de la pertinence de cet assemblage?

Parce que  cela  avait du sens

Du sens pour moi tout d’abord, de part l’envie de partager cette forme ronde  de QI GONG nouvellement apprise et  pour  la  plénitude  que je ressens à la lecture de ces mots qui magnifient par le mouvement notre  relation avec la nature:

 

« Susurre le vent: ombre, fraîcheurs
Purifiant pour moi vallons et bois
Il fouille, près du torrent, la fumée d’un logis
Et porte la brume hors des piliers de montagne
Allant, venant, sans jamais laisser de traces
S’élève, s’apaise, comme mû par un désir
Face au couchant, fleuve et mont se calment:
Pour vous, il éveille la chant des pins »

Du sens pour les  participants,  qui, sonnés par le traumatisme de la violence qui s’était à nouveau abattue sur le pays, étaient venus passer  des  vacances … Prendre un bain de jouvence sous l’ éclairage poétique de l’imprévisibilité de la vie fut alors un bon remède à la peur, comme dans cette scène:

« Rentrant à minuit, j’ai échappé aux tigres
Sous le mont noir, à la maison, tous dorment
La Grande Ourse, au loin, s’incline vers le fleuve
Là-haut, l’étoile d’or, en plein ciel, s’agrandit
Tremble dans la cour, cette bougie à deux flammes
Je sursaute au cri du singe venu des gorges
Tête blanche, encore en vie, je chante, je danse
Sur ma canne, sans sommeil. Et puis, quoi ? »

Du sens pour la société, coupée de ses racines,  malade du manque d’écoute  portée à  la part magique du monde, là, sous nos yeux…

A quoi ai- je  vu que mon intuition  était juste?

Aux regards plus lumineux de jour en jour des  personnes embarquées dans la proposition, à la profondeur de la voix de ceux qui ont accepté de lire avec délice  cette poésie de la délicatesse, à l’insouciance qui cohabite avec  la concentration  et l’attention lors de la petite démonstration du dernier jour à l’heure de l’apéro…

Alors, oui, je continuerai à suivre mon intuition, surtout si elle fait sens car c’est bien de sens dont tous nous avons besoin…

 

*Association « Jardiner ses possibles » été 2016

Références: « L’écriture poétique chinoise » François Cheng éditions Points Essai; Hui Cung Gong forme enseignée par « Le Temps du corps « 

Laisser un commentaire